Quand je dis que je remplace les « IL FAUT » de ma vie par des « JE FAIS CE QUE JE VEUX », je m’aperçois que je ne suis pas clair. Je ne fais pas l’apologie du n’importe quoi et du laisser-aller généralisé.
Je cherche à exprimer l’idée que faire ce que l’on veut peut être une vraie bonne chose.
La question est de savoir QUI VEUT quand je fais CE QUE JE VEUX?
Est-ce mon moi égotique qui cherche à contrôler ma vie avec des principes, des règles, des schémas de penser issus du passé. Un JE mental et rationalisant tout. Un JE puissant et utile, mais un JE limité dans ses perceptions et qui n’aime pas beaucoup le changement. Et surtout qui n’aime pas perdre le contrôle sur ma vie. Relisez Eckhart Tollé, ce qu’il dit à propos de la dictature de notre mental est édifiant.
A côté de cette voix là, il y en a une autre. Une petite voix au départ beaucoup plus discrète, à peine perceptible qui s’exprime avec timidité. C’est la voix du coeur. Par elle s’exprime mon être profond, ma véritable identité spirituelle, mon âme ou mon ange gardien, comme vous voulez.
Quand j’écoute cette voix et que je fais ce qu’elle veut alors je respecte ma dimension divine et tout me souris. En effet, il n’y a que quand je suis à côté de la plaque (la voie de ma vérité profonde) que je rencontre des difficultés et des obstacles qui me font souffrir ou me pénalisent.
Mais quand j’écoute ma petite voix, je suis parfois déstabilisé par ce qu’elle me dit et je refuse de l’écouter. Sa parole m’entraine parfois à contre courant de ce que j’ai fait jusque là si je me suis fourvoyé, ou elle m’invite à choisir le chemin le moins sûr, le moins connu, le plus incertain… et aussi le chemin qui m’écartera du chemin de certains de mes proches… Alors face à cela, je fais la sourde oreille. Je deviens sourd et je reprends le fil de mes pensées. Mais ce n’est pas ainsi que je grandis en conscience et ce n’est pas ainsi que j’avance sur mon chemin.
Alors ai-je en fait vraiment le courage d’Oser Etre qui je suis? Ai-je le courage de m’écouter et faire ainsi ce que veut mon Etre profond? Suis-je capable de mettre avec sincérité mon mental au service de mon coeur et accepter de remettre ma vie au main de cette dimension là?
Pas sûr. Pas tous les jours en tout cas. Mais de temps en temps… De plus en plus souvent en fait. Et quand c’est le cas… quel pied !