Une mère infanticide peut-elle avoir tué ses enfants par amour afin de les protéger de la violence d’un père abusif alors que tout le monde croit qu’elle n’a agit que par pure cruauté?
Un directeur peut-il être dépassé par la perte de repère généralisée et subir plus que créer le manque de cohésion de son Codir alors que tous se plaignent de lui et l’accuse de diviser pour mieux régner?
Cet ouvrier peut-il détenir une part de vérité alors qu’il agit avec violence et dénonce des faits qui ne semblent pas avoir de réalité pour l’ensemble de ses collègues? Et si c’était lui qui avait raison et tous les autres tord? Sa colère n’est-elle pas plutôt le symptôme d’un manque cruel de reconnaissance?

Voilà le type de changement de perspective que j’observe en ce moment dans mes missions.
Et je me réjouis de cela.
Car, changer passe par un changement de perspective qui nous invite à regarder les choses autrement. Si possible avec de la hauteur et de la sagesse, mais à défaut, tout changement de perspective convient car il bouscule chacun et permet que les certitudes s’effacent. Le doute permet d’imaginer qu’il y a peut-être aussi de la vérité et de la justesse dans les points de vue des autres.
De plus, c’est lorsque l’on commence à ne plus comprendre que l’on est vraiment dans le changement. Et c’est une bonne nouvelle. Oui, le changement c’est maintenant, comme dirait l’autre. Mais c’est avant tout un changement de perspective et de manière de penser.

Actuellement, beaucoup d’entre nous sont perdus devant le manque de repères, l’effondrement des idéologies, le manque de leaders fédérateurs. Mais en fait, c’est une bonne chose car, en vérité, ce que nous avons à vivre maintenant, c’est la découverte que nul autre que nous même ne peut apporter une vérité plus grande que celle que notre coeur susurre déjà à nos oreilles.
S’il n’y a plus de repères, c’est que nous avons à créer les nôtres. C’est que nous ne pouvons plus attendre de l’extérieur une vérité qui se trouve en nous-même.
C’est maintenant à nous de faire notre bonheur en nous écoutant au delà des certitudes et vérités anciennes. C’est ce changement de regard que je nous invite à faire, chaque jour, à chaque instant. En
Mon coeur me parle et maintenant que je l’écoute, il me parle de plus en plus clairement.
Et ça c’est un vrai changement !