Je viens de revoir le film « Mr Gaga » racontant le parcours d’Ohad Naharin, le danseur et chorégraphe israélien. J’avais adoré le film lorsqu’il est sorti au ciné en juin 2016. J’étais allé le voir deux fois et à chaque fois j’en avais les larmes aux yeux.

Ce qui me touche tant ? Il me semble que c’est la force authentique qui transparait derrière l’animalité que l’on sent dans chaque geste, dans chaque enchainement. Sa danse n’est pas intellectualisée. Ce n’est jamais une posture jouée, mais bien plutôt une force intérieure qui s’exprime. Les danseurs se lâchent, ils expriment, au delà de la maîtrise technique, dans une sorte de frénésie qui semble totalement improvisée, sensuelle et profonde.

Il me semble que cela vient parfaitement illustrer que pour être juste, en toute chose, la technique doit être dépassée et laisser la place au corps et à ses besoins. La posture, le bien sous tout rapport, lorsqu’elle est jouée, ne traduit que du faux semblant. Notre force, notre vraie puissance est en nous, elle ne s’exprime pas dans la retenue, mais bien plutôt dans la spontanéité et le lâcher-prise.

Oser être c’est oser lâcher son corps et s’exprimer à partir de ce que l’on est vraiment, sans académisme, sans comparaison ni jugement. C’est entrer dans la jouissance de la création, dans l’incarnation de ses plus authentiques ressentis. C’est grand et c’est fort. C’est puissant et c’est beau. Cela m’émeut. C’est tout.

Si ce texte vous à plu, n’hésitez pas à le partager.
Et venez me rejoindre sur ma page Facebook.