Plus je m’oblige à faire des choses en m’assenant des « IL FAUT », moins j’ai envie de les faire.
Ces « IL FAUT » ne servent qu’à me culpabiliser, me faire peur et… à m’empêcher de faire quoi que ce soit. 
A la place, les « J’AI ENVIE » me donne la patate, ils me mettent en joie et me donnent des ailes.
Les « IL FAUT » sont la conséquence de mes peurs, de mes doutes, de mes injonctions internes. Ce sont des messages contraignants que j’ai reçu, comme beaucoup d’entre nous, de mes parents et des différentes figures d’autorité que j’ai croisé dans les premières années de ma vie ou de ma vie professionnelle. Ces petites voix viennent du fait que, parfois, je n’ai plus en conscience ma véritable nature. J’oublie que je suis inconditionnellement bien, sous tout rapport. Alors dans ces moments là, je crois que je ne pourrai être aimable et aimé, à mes yeux et aux yeux des autres que SI… Et c’est là que les injonctions apparaissent, et les « IL FAUT » !
Il faut que je finisse ce boulot avant demain. Il faut que je me rase pour faire sérieux. Il faut que je réponde à ce client car sinon il va en prendre ombrage. Il faut que je publie cet article avant demain, il faut que je travaille plus…
Et si je me fichais la paix plutôt ?
Et si je me faisais confiance pour écouter mes envies et mes désirs? J’ai toujours été sérieux et consciencieux, alors si je n’ai pas envie de faire un truc là maintenant, je le ferai plus tard… Et ce n’est pas forcément de la procrastination. C’est peut-être avant tout la voix du coeur qui ne se sent pas prêt ou qui aspire à autre chose. Et qui parfois me pousse à travailler aussi ou qui me donne simplement l’envie de faire un truc pas prévu mais utile (vous n’avez jamais eu soudain l’envie de faire les vitres ou de vous atteler à un chantier que vous repoussiez depuis un moment? Ou l’envie de ne pas vous coucher tant vous êtes content de travailler sur un truc qui vous tient à coeur? Moi oui et j’adore ces moments là.
Alors stop aux « IL FAUT ». Place aux « Je fais ce que je veux, quand je veux ».